Récréation électorale (2)

POSTE DE COMMANDEMENT
(au loin de la manifestation)

« Driiinnnggg, driiinnnggg »

face à une mosaïque d’écrans
remplis de flammes et de fumées
de jets d’injures et de pavés
de déluges de coups de matraques

de lancers offensés de grenades sans défense
de tirs dans la tête de flash-balls sans danger
d’obus d’œufs d’eau sous pression de la rue
de mortiers, de canons à eaux, de jouets, quoi !

(« il faut bien que mon peuple s’amuse
il est plein d’énergie comme un chien
moi, mon rôle, c’est de le bien dresser »
disait au Ministre ‘le roi sans divertissement’
s’abîmant devant sa télé, sa vision du pays)

face à tous ces écrans remplis de direct
le préfet de Police décroche le téléphone


AU BOUT DU FIL, LE MINISTRE


monsieur le préfet de Police
vous êtes un incapable !

je reprends directement les choses en main
j’ai carte blanche jusqu’à demain

passez-moi l’officier responsable
du maintien de l’ordre sur le terrain


VÉHICULE PC OPÉRATION
(au plus près de la situation)


allô, commandant ?
c’est votre Ministre

je vous vois en direct sur BFMTV
autant dire que je vous aurez à l’œil
toute la nuit jusqu’à demain

que les choses soient bien claires

cette nuit, la rue est le théâtre urbain
des règlements de comptes du gouvernement

tout doit être achevé
blessés y compris si besoin
avant le conseil des Ministres
de demain matin

méritez votre salaire
à la sueur de vos poings

tiens, j’ai une idée

enfilez des brassards CGT
aux morts par accident

que l’opinion sache
que nous rendons coup pour coup
au vice des communistes

le Président m’a dit :

« les Russes à Paris ?
moi vivant, jamais ! »

mettez-leur sur la gueule à l’ancienne
affrontez-moi cette foule qui m’écœure
au corps à corps sur ce qui reste de pavés

vous n’auriez pas du fer bien rouge ?
je voudrais marquer les esprits

chargez-les baïonnette au canon
comme au bon vieux temps
des Premières Républiques

refoulez-les jusqu’à la Seine
balancez les plus teigneux
dans ce cloaque putride
qu’ils s’y décomposent
en un rien de temps

commettez proprement les crimes de l’État
c’est le moindre qu’on puisse exiger
d’un État de droit

au pire, vous commettrez des excuses

que je sache
s’ils ne nous aiment guère
les procureurs nous obéissent encore

c’est la moindre des choses dans un État de droit
que la justice du pays soit entre de bonnes mains

commandant

c’est le moment de me prouver
que vous êtes un homme
et loyal par-dessus le marché

un bureau de colonel, ça se mérite

arrêtez d’être le polichinelle des règlements
soyez un homme tout simplement

faites usage d’une arme de poing
qui ne soit pas de service ce soir
et tirez dans le tas à bout portant
au beau milieu des fumigènes

ça devrait suffire
à tous les disperser
et à arrêter tout ça

vous avez bien un kit
de gestion des imprévus
à portée de main ?

une trousse à outils d’urgence
de dernière minute à vivre ?

hé ! pas d’entourloupe
je vous ai à l’œil, hein ?

si jamais je tombe, demain
au conseil des Ministres
vous, en revanche, vous volez

mon collègue et homologue à la Justice
se fera un devoir de falsifier votre casier
pour vous faire danser au bout d’une corde

un gouvernement solidaire, toujours
se tient les coudes de façon collégiale

nul ne sait quels crimes
vous commettrez bientôt
dans votre passé judiciaire

sans compter cette affaire dans votre dossier
qui vous suit depuis votre début de carrière
il reste encore dix jours avant prescription

ah, décidément, vous les cumulez !

vous voilà au bord du gouffre dans de beaux draps
pour amortir la chute, ramasser les morceaux

il est encore possible d’arrêter tout ça
si vous faites affaire avec moi, maintenant

marché conclu ?

mais attention, entendons-nous bien !

ceci est un ordre direct
que je ne vous ai jamais donné

je nierai tout en bloc
devant les deux Assemblées

vous nous réglez notre problème, ce soir
au plus tard, dans la nuit

vous nous ôtez cette épine du pied

moi, pendant ce temps
je vous signe un chèque en blanc
jusqu’aux grades :

de lieutenant-général en chef des logis
et de contre-amiral d’escorte de réserve

votre père était marin-pêcheur
ça lui ferait plaisir d’en haut
de réussir enfin son fils

pensez aussi à lui
pas qu’à vous

soyez opportuniste

quant à moi, je n’ai rien dit
agissez selon votre conscience
ou votre plan de carrière

vous voulez faire carrière ou bien
rester toute votre vie un officier
juste au-dessus des subalternes ?

dois-je déjà vous appeler, colonel
en attendant que se libère
une place de maréchal
près d’une avenue
avec pignon sur rue ?

Il faut savoir donner
un coup de pouce au destin
en pliant au bon moment
l’index sur la détente

détendez-vous
ça va le faire
ça va bien se passer

après, vous verrez
vous vous sentirez un autre homme
un de ceux sur qui on peut compter

compter sur l’index
ça se compte sur les doigts

c’est pas rien ça



image : Kordite sur Flickr


Récréation électorale (1)

Sur BFMTV

c’est le choc des images en direct

les CRS en charge du maintien
peinent à contenir le désordre
dans le périmètre dévolu au chaos

en haut lieu, on s’inquiète
de la tournure sociale des choses


« driiinnnggg, driiinnnggg »


à la maison, en short dans son fauteuil
devant sa télé, un verre à la main
le ministre décroche son téléphone


AU BOUT DU FIL, LE PRÉSIDENT


monsieur le ministre de l’Intérieur
laissez-moi vous dire une bonne chose

la République n’a pas vocation
à entretenir trop de lueurs d’espoir
dans des yeux déjà correctement remplis de larmes

cet air d’embrun leur va si bien

au contraire

distillons-leur de doux mensonges
et contentons-nous d’entretenir d’un doute
la flamme vacillante de leurs revendications
qu’elle s’éteigne d’elle-même
sans faire trop de vacarme

et sur les cendres encore chaudes
de leurs défaites syndicales
nous bâtirons l’Église des Justes
car Riches et Puissants

une autre Église, un autre son de cloche
nouvelle Église, nouvel évangile

qui prient l’Argent
d’édifier nos âmes
par les mystères de la matière
que l’Argent nous achète à grand prix

ô dieu Marchand
que l’Argent nous rachète
de toutes nos horreurs commises

toutes nos parts de vertus
nous les avons vendues
pour des magouilles cotées en bourse

ainsi

comme leurs pères avant eux
et les pères de leurs pères ont construit
pierre par pierre, la Nation

eux aussi, grâce à nous
pierre par pierre, la démoliront

aux pères, aux grands-pères, la Nation
sa construction, blablabla, décorations

aux fils, petits-fils, corruption, désolation
les Prisons, BlaBlaCar, leur construction

pourvu que ça rime
le peuple n’y verra que du feu
on continuera à s’en mettre plein les poches

voilà, monsieur le Ministre
en quelques mots, mon programme

pour l’essentiel, tout y est
et qui clôt de façon définitive
le volet politique du chapitre social
des discussions en cours sur le terrain

tout ceci pour vous dire

que le préfet de Police est un incapable
prenez vous-même les choses en main
vous avez carte blanche jusqu’à demain

vous êtes ministre de l’Intérieur
de jour comme de nuit

si vous avez besoin d’attelles
voyez avec un ministre de tutelle

si vous manquez de munitions
contactez de ma part
le ministère des Armées

à demain, au conseil des Ministres
avec de bonnes nouvelles, j’y tiens



image : Hubert de Thé sur Pixabay


Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :