Le cheveu de trop

Dans la cour du château
il y avait ses chevaux
au milieu de la cour
il y avait son piano

assise sur son petit tonneau
ses dix doigts galopaient
comme autant de petits sabots

avec sa maman elle jouait
des valses à quatre mains
pour les petits oiseaux
des valses des jardins

bien avant de jouer du piano
elle avait déjà des châteaux

bien avant de prendre de haut
tous les gens du château
elle montait déjà sur ses grands chevaux

elle posait ses mains sur le cou du piano
les notes avançaient au petit trop
avant de lancer un galop

avant de jouer du piano
elle saluait toujours ses chevaux
dans la cour du château

des chevaux, des pianos
elle en a cassé plus d’un au galop

quand elle était en colère
elle se ruait sur son piano
quand elle ratait un morceau
elle cassait un château

elle portait ses cheveux
aussi grands que ses chevaux
jusqu’aux cieux
les couleurs du château

dans les tournois de chevaliers
elle jouait du piano debout pour ses héros

aux dés, aux petits chevaux
elle s’emportait quand elle perdait
un hiver, une grippe l’emporta d’un cheveu

son père tua tous les chevaux
et s’arracha tous les cheveux
sa mère se jeta dans la chaux
plutôt que finir s’arracher la peau

ses chevaliers partirent en guerre
lui rapporter de beaux chapeaux
dont ils couvrirent tout son tombeau

on interdit les dés, les petits chevaux
et aux chants leurs oiseaux

sous son dos au tombeau
reposaient silencieux ses cheveux



image : Jopa Elleul sur Flickr


Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :